SANDRINE DELAGE, ou l’Evangeliste de la Ruche numérique

les 612R sont un parcours formidable initié par Alban Jarry dans son livre blanc sur les réseaux sociaux, sorte de réunion informelle de talents et de bienveillance qui ont témoigné sans se connaître des nouveaux usages sur la toile: la pièce secrète de twitter  qui est devenue un collectif les #612R, puis des IRL ou nous avons développé un nouveau concept: la bienveillance numérique…...

 


voir les 612 comme une ruche qui, bourdonne, qui butine, et qui tournoie sans cesse,  dans ce monde fou de l’innovation digitale et humaine…….c’est comme constituer une tribu d’un nouveau genre brillante, bienveillante, dynamique …

repoussant le champ des possibles avec une audace toute française!!!!

soyons fous disent certains, rêvons ensemble a l’infini disent d’autres…..la ruche  612 fera bien le tour du monde libre et numérique!!!

Si il est un exemple de cette idée généreuse et tourbillonnante, c’est Sandrine, Ambassadrice de la JFD 2017,  à la croisée des chemins familiaux et professionnels….. qui dessine comme une reine sans le savoir et pour qui les réseaux sociaux ont tout changés.

Continuons donc ensemble de creuser cette pièce secrète de twitter, avec le regard décalé d’Alban, le génie collectif des 612 et l’énergie du DM #612R…..

Mais laissons donc la parole à  Sandrine, ….qui tournoie comme tout 612 dans ces cieux de richesse et d’innovation comme une avant garde évangélisatrice.

Je suis intrapreneur au sein de BNP Paribas d’un dispositif d’acculturation digitale @EnjoyDigitAll et maintenant Head of Innovation & Digital Change de la fonction Communication Groupe. Et aussi blogueuse de Mère et Fille 2.0, dont l’objectif est de dédramatiser le digital grâce aux regards croisés de deux générations.

Au delà de « Digital Evangelist », je me perçois comme un « Entrepreneur du changement » qui crée de la valeur autrement. Mes convictions : le Digital est un levier pour faire rayonner des possibles; c’est une nouvelle culture, un nouveau langage, un nouveau rapport au monde qui intègre le collectif et ouvre des opportunités à inventer. Et on peut se transformer ensemble quel que soit notre métier âge, formation.

Mon pseudo personnel sur Twitter est @SANDDELA avec un dessin comme photo de profil
Mon réseau est persuadé que je suis illustratrice graphique free-lance.
Pas du tout ! Je suis informaticienne de formation.

J’ai découvert la facilitation graphique qui aide à visualiser graphiquement des concepts parfois complexes, et je l’utilise comme un des leviers de compréhension pour partager mon chemin de transformation digitale. Cette envie de partage s’est imposée comme une urgence quand j’ai compris l’intérêt du digital grâce à ma fille, il y a 5 ans.

Parcours : J’étais cette mère angoissée qui voyait sa fille sur Facebook continuellement, désintéressée du système scolaire et qui avait pourtant le bac en juin.
Je me souviens de mes certitudes, des phrases toutes faites

« Tu vas rater tes études et ta vie ! Cela ne sert à rien, les réseaux sociaux ! Tu perds ton temps ! »

Lasse d’une guerre quotidienne, j’ai enfin pris le sujet à l’envers « Mais pourquoi es-tu sur les réseaux sociaux ? Explique-moi ».

Ce moment a tout changé.

J’ai découvert un monde totalement différent des codes enseignés depuis toujours. Le sujet n’est pas de cliquer sur un bouton Like ou augmenter son nombre d’abonnés. Le sujet est la qualité de la relation : bienveillante, authentique, solidaire, continue, joyeuse, en mode tribu, où chacun apporte sa contribution sans avoir à expliquer son Curriculum Vitae. La bienveillance autorise les possibles : on peut écrire, faire une vidéo, un dessin sans que ce soit son métier !

A la suite de ces échanges, nous avons créé avec ma fille le blog Mère et Fille 2.0 pour transmettre notre apprentissage. C’est devenu notre terrain d’expérimentation personnel : facilitation graphique, interview Snpachat, vidéos, découverte d’apps …

J’ai revisité mon métier dans mon contexte professionnel chez BNP Paribas, mon entreprise depuis 1987 où j’ai changé plusieurs fois d’entités et de métiers (maîtrise d’oeuvre, maîtrise d’ouvrage, change management). Avec mon équipe, nous avons intégré la culture digitale dans la stratégie, la conception et la réalisation des livrables, le management et la relation avec nos clients internes.

J’ai lancé en 2014 #EnjoyDigitAll, une communauté bénévole de collaborateurs passionnés comme moi du digital et nous partageons nos bonnes pratiques au cours d’événements immersifs (Digital lunch, Barcamp, Ateliers managers…).
DELAGENotre initiative a grandi et s’est structurée lors de mon passage en 2015 au People’s Lab, l’accélérateur des intrapreneurs de BNP Paribas.

Nous avons un compte Twitter où nous partageons notre veille @EnjoyDigitAll.

La bienveillance est la clé des échanges et des communautés. Je l’ai expérimentée sur Twitter d’abord avec la communauté innovation et numérique @FlashTweet d’Emmanuelle Leneuf. Elle a un sens instinctif des réseaux sociaux et de l’interaction ! J’ai échangé ensuite avec Coryne Nicq pour un dessin pour le collectif @i4Emploi qui accompagne les recherches d’emploi. Et le reste a suivi : la communauté #612Rencontres d’Alban Jarry, créée dans le cadre de son livre blanc sur les réseaux sociaux, auquel j’ai contribué en dessin.
Je suis aussi une fidèle de la Journée de la Femme Digitale, journée gratuite pour tous ! Là aussi, rencontre chaleureuse avec Delphine Rémy-Boutang qui m’a fait cette proposition incroyable d’être ambassadeur JFD 2017.

Idées pour le futur : continuer à faire comprendre l’intérêt et la puissance de la culture digitale pour que chacun puisse se l’approprier vraiment dans sa vie personnelle et professionnelle. Maîtriser les codes du digital est aussi important que lire et écrire, et ouvre de nouveaux possibles

#TousConnectés

#OuvrirLesPossibles

Concept #612Cercle : La communauté #612Rencontres est une véritable ruche. C’est un espace qui ne s’arrête jamais et qui mélange soutien personnel et professionnel. Je pense que c’est difficile de le comprendre de l’extérieur.
A réfléchir et à construire : un chemin qui permette à d’autres de vivre cette belle expérience, au cœur du monde digital. Les portraits des #612 permettent déjà d’éclairer ce fonctionnement spontané et bienveillant. Merci Emmanuel !

Lien blog Mère et Fille 2. 0

Lien compte Twitter @EnjoyDigitall :

 

Merci  à Sandrine de nous avoir fait appréhender  la force du cercle 612, cette ruche ou l’incroyable côtoie nos fragilités et nos bonheurs quotidiens, pour un maitre mot:  bienveillance et soif d’apprendre….alors lançons ensemble le deuxième étage de la fusée 612 : demain sera collectif ou ne seras pas!!!

Pour ça et le reste, merci  Sandrine…

LES PORTRAITS DES 612®  / #612Rencontres

 

 

Pour revoir les portraits:

De GUILLAUME ROVERE  https://moyrand.com/612-guillaume-rovere/

De SANDY BEKY                   https://moyrand.com/612-sandy-becky/

De NELLY BROSSARD    https://moyrand.com/nelly-brossard/

D’EVA BAQUEY                     https://moyrand.com/eva/

DE MICKAEL GUERIN           https://moyrand.com/mickael-guerin-612/

De Martine LE JOSSEC      https://moyrand.com/martine-le-jossec/

De Stéphane SAVALLE    https://moyrand.com/stephane-savalle/

De Stéphane GIRARDOT https://moyrand.com/stephane-girardot/

DE Madina BENOUNHAMI    https://moyrand.com/madina-benoumhami/

DE Nadia   Bahhar Alvès             https://moyrand.com/nadia-bahhar-alves/ 

De Nathalie COUTARD     https://moyrand.com/nathalie-coutard/

D’Olivier MOCH                        https://moyrand.com/olivier-moch/

De Valentine FERREOL   https://moyrand.com/valentine-ferreol/

D’Henri VAN DER KRAATS  https://moyrand.com/henri-van-der-kraats/

D’Yvon PATTE   https://moyrand.com/yvon-patte/

De Joelle WALRAEVENS  https://moyrand.com/joelle-walraevens/

De Gabrielle Mocilnikar  https://moyrand.com/gabrielle-m/

 

 

 

 

 

Gabrielle Mocilnikar ou la Veilleuse convaincue

les 612R sont un parcours formidable initié par Alban Jarry dans son livre blanc sur les réseaux sociaux, sorte de réunion informelle de talents et de bienveillance qui ont témoigné sans se connaître des nouveaux usages sur la toile: la pièce secrète de twitter  qui est devenue un collectif les #612R, puis des IRL ou nous avons développé un nouveau concept: la bienveillance numérique…...


 

Il est un des chapitres des 612 que nous attendions tous, pour son coté décalé, toujours en mouvement, nourrissant notre #DM612  jour après jour,  c’est celui de l’Emeraude de bahia.

Si il fallait mettre en avant une certaine idée de l’engagement sans concession…. si dans ces portraits 612 il est une d’entre nous qui nourrit nos débats par des centres d’intérêts qui nous font tous avancer,  réagir, parler , écrire et impulser des idées éclairs ou certains sujets de fonds…..alors Gab est un moteur de cet incubateur hétéroclite de cerveaux bienveillants.

Continuons donc ensemble de creuser cette pièce secrète de twitter, avec le regard décalé d’Alban, le génie collectif des 612 et l’énergie du DM #612R…..

Mais laissons donc la parole à  GAB, ….adepte de l’encyclopédie infinie et augmentée, qui sera toujours notre lanceuse d’alerte.

Française pour mon côté « ROMANCE »,  américaine pour mon côté « YOU CAN DO IT ! » et slovène pour mon côté « ON SE RELEVE TOUJOURS !» 

Il a fallu attendre 54 ans pour que j’apprenne, grâce aux tests WAIS IV que m’a fait passer Nathalie DISCOURS, que j’avais un QI de 151.

Je n’en veux ni à mes parents,  ni à mes professeurs, ni à  certains de mes boss  de n’avoir rien vu. 

Je n’en veux pas au Jury de l’ENA à l’oral de ne pas m’avoir retenue… mais au fond de moi-même j’ai toujours su qu’il fallait que je suive mon chemin  car je sentais ce surrégime cérébral  accompagné d’une hypersensibilité qui m’a toujours guidée.

Aujourd’hui il n’y a plus une minute à perdre !

Je travaille à LA POSTE,  entreprise riche humainement, plutôt « open » à la diversité et qui permet les rencontres internes et  externes, le co-working et l’intrapreunariat. 

Dans ce cadre, entre autre,  je suis en train de développer #LesTwittosLaPoste,  ambassadeurs de nos offres, de nos métiers, de nos savoir-faire et des humains qui font partie de la grande famille #LAPOSTE. Le maître mot est la bonne humeur !

En   recherche    aussi  d’influenceurs  qui   croient  au  mailing  papier,  catalogue  papier  et   courrier augmenté (mixte papier/numérique)!

En recherche de contacts de toutes sortes pour avancer dans mes différents projets !

J’adore mes 2 filles Eurydice et Aude, ma famille qui me fait un bien fou, la  politique, le féminisme car il y a tant à faire et les cyborgs !  

Je crois aux réseaux sociaux, notamment Twitter qui est comme une encyclopédie infinie, augmentée de la chaleur humaine via les « IRL ».  Le collectif #612Rencontres créé par Alban JARRY m’inspire car c’est un incubateur hétéroclite de cerveaux bienveillants.

J’ai créé 2 groupes sur FACEBOOK avec beaucoup d’interactions : F-H : enfin l’égalité ? et un autre groupe qui dit non à la drogue.

Merci  à Gab  de nous avoir fait appréhender  son énergie sans limite et bienveillante, et sa combativité, en effet les 612 se relèveront toujours Ensemble…. car nous sommes ensemble sur cette grande route de l’innovation numérique et humaine… et ce chemin est le nôtre!!!

Pour ça et le reste, merci  Gabrielle…

LES PORTRAITS DES 612®  / #612Rencontres

 

Pour revoir les portraits:

De GUILLAUME ROVERE  https://moyrand.com/612-guillaume-rovere/

De SANDY BEKY                   https://moyrand.com/612-sandy-becky/

De NELLY BROSSARD    https://moyrand.com/nelly-brossard/

D’EVA BAQUEY                     https://moyrand.com/eva/

DE MICKAEL GUERIN           https://moyrand.com/mickael-guerin-612/

De Martine LE JOSSEC      https://moyrand.com/martine-le-jossec/

De Stéphane SAVALLE    https://moyrand.com/stephane-savalle/

De Stéphane GIRARDOT https://moyrand.com/stephane-girardot/

DE Madina BENOUNHAMI    https://moyrand.com/madina-benoumhami/

DE Nadia   Bahhar Alvès             https://moyrand.com/nadia-bahhar-alves/ 

De Nathalie COUTARD     https://moyrand.com/nathalie-coutard/

D’Olivier MOCH                        https://moyrand.com/olivier-moch/

De Valentine FERREOL   https://moyrand.com/valentine-ferreol/

D’Henri VAN DER KRAATS  https://moyrand.com/henri-van-der-kraats/

D’Yvon PATTE   https://moyrand.com/yvon-patte/

De Joelle WALRAEVENS  https://moyrand.com/joelle-walraevens/

 

 

joelle WALRAEVENS ou la soif d’apprendre l’autre

 

les 612R sont un parcours formidable initié par Alban Jarry dans son livre blanc sur les réseaux sociaux, sorte de réunion informelle de talents et de bienveillance qui ont témoigné sans se connaître des nouveaux usages sur la toile: la pièce secrète de twitter  qui est devenue un collectif les #612R, puis des IRL ou nous avons développé un nouveau concept: la bienveillance numérique…...


Si il  fallait écrire à deux ou quatres mains une deuxième introduction à cette galerie de portraits, avec la même énergie souterraine que Stéphane….

Et lui adjoindre une vision 360 de notre humanité, avec les  612 en formant les gouttes bienveillantes  et énergiques,  avec le coté Globe trotter de  Sandy…..

On aurait un peu une symphonie ultra dynamique avec une ouverture autres qui dynamite le champ des possibles…

 

Et quide mieux que Joëlle pour le symboliser elle qui ne veut par rentrer dans les cases…et qui est en permanence dans l’ouverture vers le nouveau:  ma soif d’apprendre ne tarit jamais.

Continuons donc ensemble de creuser cette pièce secrète de twitter, avec le regard décalé d’Alban, le génie collectif des 612 et l’énergie du DM #612R…..

Mais laissons donc la parole à  Joelle, ….adepte du «  c’est dans les actes de tous les jours qu’on commence à transformer le monde »…

 

Portrait d’une atypique, de celle qui n’aime pas être mise dans une case, ni dans plusieurs d’ailleurs.

Originaire de Belgique, je suis une « zinneke », bruxelloise, mélange d’un papa néerlandophone et d’une maman bruxelloise, avec de l’ascendansce lointaine hollandaise et espagnole.

Amoureuse de la vie, épicurienne dans l’âme, heureuse de savourer les mets et boissons locales de chaque endroit où je me rends.

Humaniste accro aux rencontres et fascinée par l’interculturalité, la rencontre avec l’autre est toujours un enrichissement.

Avide de connaissances, ma soif d’apprendre ne tarit jamais.
Passionnée par les nouveaux modes d’apprentissages et pédagogies, les neurosciences, la psychologie positive, l’économie circulaire et tous les courants de pensée apolitiques qui tendent à faire un monde meilleur.

Bénévole chez Force Femmes durant 4 ans (2012 à 2016), bénévole au sein d’Implic’Action, toujours prête à donner un petit coup de pouce pour ceux qu ont besoin de conseils dans leur recherche d’emploi.
Avec un réel plaisir de partager mon réseau, mettre en lien les bonnes personnes, en appliquant le principe de « connecting the dots ».

Et dans la vie de tous les jours, sourire, remercier, être gentille dans les actes du quotidien.

 

Fille aînée d’une famille de 3 filles je grandis à Bruxelles. Dès le plus jeune âge, je me lie d’amitié avec des enfants de ma classe issus de milieux dits « défavorisés » : une chilienne ayant fui le régime politique Pinochet, des Laossiens ayant fui la guerre civile, une famille d’artistes sardes, autant de personnes vivant avec peu matériellement mais ayant tant d’amour à partager.
Au lycée (version française…), c’est un professeur qui me tendra la main et me ferai aimer les maths, avec le souhait de devenir prof. La besoin d’aider, de partager, de faire grandir, de faire « apprendre » est déjà présent, couplé avec des études en sciences sociales.
Deux expériences viendront renforcer ce fond humaniste qui veille en moi : une mission humanitaire en 1992 avec les scouts en Roumanie. Ceacescu était décédé 6 mois plus tôt, le pays crevait de faim. Là j’ai découvert des villages sans égoûts, sans toilettes hormis celles au fond du jardin mais des gens très au fait possédant une télé. Belgique rimait pour eux avec Jean-Claude Van Damme et Enzo Schifo ! Et surtout une vision de l’Europe de l’ouest où, même en faisant les poubelles tu avais à manger.
L’aterrissage a été rude, petite fille « sans histoire » qui n’avait jamais eu faim, la prise de conscience de la vraie misère (pas celle qu’on voit à la télé) a été immédiate.
J’ai quitté le pays 3 semaines plus tard, en laissant la quasi intégralité de mes affaires, en larmes. Il y avait tant à faire là-bas…bien au-delà de l’implantation à bas coûts des multinationales.

La seconde me confrontera à la vie et la mort. Par le biais de relations familiales, j’occupais à 19 ans un boulot d’étudiante en maison de retraites. Maison très haut de gamme, avec un étage/appartements dédié aux personnes valides mais ne pouvant rester seules.
Je me suis retrouvée au dernier étage, celui des « fins de vie », de ceux que l’on lève, que l’on met sur la chaise percée, à qui on donne à manger, que l’on lave, à qui ont met des couches, et qui vous regardent en vous disant « vous êtes tellement jeune ».
Entre mes heures de service coupé, je passais beaucoup de temps avec certaines d’entre elles, à les écouter me raconter leur vies.
Bien que bien soignées, elles étaient déracinées et en grand manque de contact, de chaleur humaine, de communication.

Mes études supérieures seront un peu cahotiques au début : équivalent de math sup en france que je ne finirai pas…puis arrivée en gestion des ressources humaines où j’approfondirai la 1ere année.
Je terminerai mes études en RH avec mention, ayant pour objectif de me spécialiser en systémique RH. Analyser, comprendre, apporter des solutions, innover, contribuer, encore et toujours.*
Mais la systémique, c’est de l’ordre du Doctorat.
Je tente de poursuivre mais m’ennuie profondément à l’Univ.
Avec ma petite année de stage RH en poche, je m’inscris en agence d’intérim, refusant catégoriquement de m’inscrire au chômage.
Je commencerai au bas de l’échelle, en faisant 15 jours d’encodage, pour évoluer vers des missions plus intéressantes à chaque fois.

Je termine ma « carrière belge » chez Mobistar, filiale France Telecom, où je vois arriver un tsunami suite au rachat de Orange par FT.
Je décide d’aller voir ailleurs, de prendre le large et…mes valises !

Grande amoureuse des montagnes valaisannes, je tente en vain de trouver un emploi en Suisse. Refus constants, compte tenu de ma situation : pas hyper diplômée et spécialisée dans un secteur, pas mariée à un suisse, pas multimilliardaire, bref, je ne rentre pas dans les cases !

Je signe finalement un CDI en France, à Paris, où je débarque seule, un 12 mai 2002, pour commencer à travailler le 13 mai. Mentalement, pour moi, France/Belgique, c’est voisins, pas de quoi en faire un drame !
Me voilà « ingénieure commerciale » en SSII. Tout un programme.
J’aime les défis mais celui-là est de taille : je ne connais rien à la culture et au business français ni parisien, rien à l’informatique, rien aux sociétés de service ni aux banques et assurances, qui sont les secteurs clients de l’entreprise où je travaille.
A force de lecture, de nombreuses conversations avec les ingénieurs, j’apprendrai sur le tas et réussirai à atteindre mes objectifs commerciaux.
Je vivrai 2 ans à Paris pour ensuite migrer vers Lyon (et me rapprocher un peu plus des Alpes 🙂 )
Je change de métier mais pas de secteur : de commerciale je passe à recruteur en cabinet, spécialisé sur SAP. Autre domaine, autres apprentissages !
Un premier enfant arrive, en même temps que la faillite du cabinet. Je tenterai un congé parental mais femme au foyer n’est réellement pas pour moi. Très vite je m’ennuie et projette de créer une entreprise de biscuiterie belge.
Oui, Joelle a de la suite dans les idées, et a du mal à rester en place.
Finalement je retournerai en cabinets de recrutement à 2 reprises pour finalement démarrer « à mon compte » sous couvert de l’entreprise de mon mari.
Etre maman, avec un enfant en bas âge n’est pas du goût de tous les employeurs et ma vision « home office » en part time ne leur plaît pas du tout
Quand la méfiance règne, Joelle s’en va !
La naissance du deuxième enfant imposera une petite pause pour mieux repartir ensuite.
Je reprendrai mon activité de recruteur/ « chasseur de têtes » (le mot est moche) jusque 2013.

2013 sera l’année du changement et de tous les défis. Finissant pour mon client en juin, la grande question sera « est-ce que je continue en tant que recruteure en IT ? Ca fait 11 ans que je suis dans l’IT, j’y reste ou j’en pars ? »
Tant qu’à faire, autant changer !
Fervente utilisatrice de viaduc (devenu viadeo) depuis 2005 et de LinkedIn depuis 2007 dans le cadre de mes activités, j’ouvre le champ des possibles en me disant que ce n’est pas que pour le recrutement. Me vient alors l’envie d’en faire profiter toutes les entreprises, et plus particulièrement « les petits », ceux qui ont peu de moyens, et peu de temps.
En mars 2013, je crée JDL Conseil, rien d’original comme nom (un trigramme), qui deviendra ensuite Hubicc, avec le désir d’avoir un vrai nom, synonyme de Human Business Information Connection & Communication, tout un programme.
Ma volonté est de permettre à tout un chacun de savoir utiliser les réseaux sociaux pour développer son activité.
En mettant un focus particulier sur LinkedIn que je trouve juste hyper puissant…
Un autre pan de la population m’intéresse fortement : les jeunes…car comme j’aime à le dire « ce sont eux qui feront les entreprises de demain ».
En échangeant avec eux à plusieurs reprises, je constate que bien entendu ce sont des gros consommateurs de réseaux sociaux, pour leurs propres activités, mais peu pour se positionner professionnellement.

Aujourd’hui, j’ai deux segments de clients : les entreprises, et les étudiants, avec cette volonté forte de leur permettre de réussir à atteindre leurs objectifs en utilisant les réseaux sociaux, en les mettant à leur service, pour qu’ils soient source de profit et non de contrainte.
J’aimerais que le digital soit un outil merveilleux pour se faire rassembler les Hommes, les aider à mieux se comprendre, les aider à mieux communiquer.
J’aimerais que le digital soit un facilitateur, un diffuser de bienveillance, d’outils permettant à chacun de grandir et d’évoluer, quelque soit le milieu, le revenu, la classe sociale à laquelle il appartient.
Si nous, au sein des 612, nous pouvions être contributeur de ce beau mouvement de pensée, en se ralliant à des personnes telles que Céline Alvarez, Isabelle Filliozat, Pierre Rhabi, Mathieu Riccard et tant d’autres…nous tendrions vers un monde meilleur et plus égalitaire !

Mes compétences et centres d’intérêts sont nombreux:
RH, et en particulier recrutement
Un peu de com’ digitale
LinkedIn of course mais pas que…
Aller cherche l’info, fouiller pour trouver et extraire le meilleur
Intelligence collective
Mindmapping un peu mais j’adore !
Interculturel (je me sens bien plus citoyen du monde que rattacché à une patrie unique)
Logistique
Gestion de projet
Organisée, structurée

mon idée du#612cercle c’est un lieu bienveillant où chacun contribue à faire grandir l’autre, en apportant sa pierre à l’édifice, son savoir faire et son savoir-être, un lieu de diffusion de savoir à destination et à portée de tout un chacun, car tout le monde n’est pas encore « totally digital « 

Merci  à Joëlle  de nous avoir fait appréhender  son énergie sans limite et bienveillante, et sa soif d’apprendre, sa curiosité qui est le ferment des 612…. 

Pour ça et le reste, merci Joëlle…

LES PORTRAITS DES 612®  / #612Rencontres

 

 

 

Pour revoir les portraits:

De GUILLAUME ROVERE  https://moyrand.com/612-guillaume-rovere/

De SANDY BEKY                   https://moyrand.com/612-sandy-becky/

De NELLY BROSSARD    https://moyrand.com/nelly-brossard/

D’EVA BAQUEY                     https://moyrand.com/eva/

DE MICKAEL GUERIN           https://moyrand.com/mickael-guerin-612/

De Martine LE JOSSEC      https://moyrand.com/martine-le-jossec/

De Stéphane SAVALLE    https://moyrand.com/stephane-savalle/

De Stéphane GIRARDOT https://moyrand.com/stephane-girardot/

DE Madina BENOUNHAMI    https://moyrand.com/madina-benoumhami/

DE Nadia   Bahhar Alvès             https://moyrand.com/nadia-bahhar-alves/ 

De Nathalie COUTARD     https://moyrand.com/nathalie-coutard/

D’Olivier MOCH                        https://moyrand.com/olivier-moch/

De Valentine FERREOL   https://moyrand.com/valentine-ferreol/

D’Henri VAN DER KRAATS  https://moyrand.com/henri-van-der-kraats/

D’Yvon PATTE   https://moyrand.com/yvon-patte/

Yvon PATTE ou le pragmatisme bouillonant

les 612R sont un parcours formidable initié par Alban Jarry dans son livre blanc sur les réseaux sociaux, sorte de réunion informelle de talents et de bienveillance qui ont témoigné sans se connaître des nouveaux usages sur la toile: la pièce secrète de twitter  qui est devenue un collectif les #612R, puis des IRL ou nous avons développé un nouveau concept: la bienveillance numérique….


 

Ne pas voir dans ce grand chapitre de la galerie des 612, l’empreinte de la sagesse et du discernement serait manquer à une maxime fondamentale: de l’autre, il faut savoir en faire l’analyse…….

Et j’adore ces mots: J’ai deux vies, celle d’avant et celle d’après… nous avons tous individuellement nous les 612 connus ce sentiment…. Nous sommes des passerelles entre deux monde…. personnels et professionnels, témoins de bouleversements qui gravitent en nous et nous permettent de diffuser un sentiment positif d’un avant et d’un après…

Oui soyons clair …..Alban et son  idée de livre blanc a permis de faire naitre la puissance d’un collectif: nous avons deux vies, celle d’avant les 612, et celle d’un 612…

Quoi de mieux qu’Yvon, breton et humaniste  pour symboliser  à travers sa vie, de cette avant et cet après: en un mot Yvon  est féru d’innovation qui a toujours guidé ses confrères vers l’adaptation au monde de demain…..

Continuons donc ensemble de solidifier cette pièce  secrète de twitter, avec le regard décalé d’Alban, le génie collectif des 612 et l’énergie du DM #612R…..

Mais laissons donc la parole à Yvon, qui navigue, écoute et fais confiance…

J’ai deux vies, celle d’avant et celle d’après.

Il n’y a pas si longtemps, j’étais responsable de l’innovation à la DSI  d’un grand groupe de transport du gaz.
Dans une période où tout était à construire, le bélier ascendant bélier que je suis a cherché en permanence à pousser les murs pour faire rentrer l’entreprise dans le monde du digital.
J’ai acculturé mes collègues à ces nouveaux concepts qu’étaient les learning expeditions et les apéros twitter. Je leur ai révélé les charmes de la créativité et de l’innovation. J’ai écumé les salons de  France et de Navarre pour y découvrir les dernières nouveautés technologiques en pensant toujours quel usage nous pourrions en faire au sein de l’entreprise (un gazier est avant tout quelqu’un de pragmatique). J’ai participé à un think thank qui regroupait les responsables innovations des grands groupes de la région nantaise.

Il y eut un soir, il y eut un matin et je me suis retrouvé retraité.

Il y a-t-il une vie après la vie professionnelle ? Oh, que oui, pour qui aime croquer la vie avec passion.


Même si je navigue désormais sur un bateau différent du vôtre, même si je côtoie de nouveaux rivages, je m’aperçois que les fondamentaux restent  inchangés.
Je continue de suivre avec un calme apaisé le mouvement brownien de ce monde professionnel en lui portant sur lui le regard de la sagesse.
J’ai pris la responsabilité d’une association et j’y ai découvert de nouveaux horizons tout aussi passionnants. J’ai notamment appris que les relations de travail ne sont plus enfermées dans le cadre psychorigide de la hiérarchie mais dans un ensemble de valeurs où  la compétence et la force de conviction l’emportent.

J’ai réfléchi sur la manière d’intéresser les jeunes à nos activités et la réponse est en fait assez simple : écouter et faire confiance.

J’ai gardé de cette vie antérieure toute l’expérience d’une vie passée dans le monde du Système d’Information où il a fallu faire de la formation, dépoussiérer l’animation des conférences, avoir la curiosité d’explorer en permanence les nouveaux usages induits par l’innovation et bien sûr, aller chatouiller l’octet malicieux au fin fond de ses retranchements.

 

 

Mon côté geek m’a incité à mettre le cap sur les rivages des réseaux sociaux et j’ai trouvé Twitter à mon goût.

De DM en DM, ma route a croisé les chemins de traverse d’Alban qui m’a adoubé au sein des #612Rencontres. Ce collectif fleure si bon le bouquet de toutes ses sensibilités rassemblées qu’on s’y sent bien tout de suite.

Laissons-lui son caractère farouche et sauvage s’épanouir car c’est là que s’exprime pleinement la personnalité de tout un chacun. Je le vois comme un vivier bouillonnant d’idées et de partage où il suffit de poser une question pour trouver bienveillance, conseil et  réponse pertinente.

Yvon PATTE

Merci  à Yvon  de nous avoir fait comprendre le bon coté du caractère farouche et sauvage des 612, teinté d’une nuance de bienveillance qui nous caractérise tous…

Pour ça et le reste, merci Yvon…

LES PORTRAITS DES 612®  / #612Rencontres

Pour revoir les portraits:

De GUILLAUME ROVERE  https://moyrand.com/612-guillaume-rovere/

De SANDY BEKY                   https://moyrand.com/612-sandy-becky/

De NELLY BROSSARD    https://moyrand.com/nelly-brossard/

D’EVA BAQUEY                     https://moyrand.com/eva/

DE MICKAEL GUERIN           https://moyrand.com/mickael-guerin-612/

De Martine LE JOSSEC      https://moyrand.com/martine-le-jossec/

De Stéphane SAVALLE    https://moyrand.com/stephane-savalle/

De Stéphane GIRARDOT https://moyrand.com/stephane-girardot/

DE Madina BENOUNHAMI    https://moyrand.com/madina-benoumhami/

DE Nadia   Bahhar Alvès             https://moyrand.com/nadia-bahhar-alves/ 

De Nathalie COUTARD     https://moyrand.com/nathalie-coutard/

D’Olivier MOCH                        https://moyrand.com/olivier-moch/

De Valentine FERREOL   https://moyrand.com/valentine-ferreol/

D’Henri VAN DER KRAATS  https://moyrand.com/henri-van-der-kraats/

 

Henri VAN DE KRAATS ou la bienveillance de la Nuée

 

les 612R sont un parcours formidable initié par Alban Jarry dans son livre blanc sur les réseaux sociaux, sorte de réunion informelle de talents et de bienveillance qui ont témoigné sans se connaître des nouveaux usages sur la toile: la pièce secrète de twitter  qui est devenue un collectif les #612R, puis des IRL ou nous avons développé un nouveau concept: la bienveillance numérique…...


Il est un des chapitres des 612 qu’il fallait absolument  un jour écrire, c’est celui du Flanders à 61 facettes.

Diamant brillant de milles feux, image et symbole d’un pays de passionnés qui ont façonnés l’histoire à coups d’innovations et de rencontres….on se  rapproche à grands pas de l’histoire d’un 612 à la mesure de cette taille si particulière.

En effet quoi de mieux qu’Henri pour symboliser  à travers sa vie, de cette recherche incessante et de cette passion pour l’humain et ses multiples recoins: en un mot Henri est un chercheur d’humanités comme il n’en reste plus beaucoup…

Continuons donc ensemble de solidifier cette pièce  secrète de twitter, avec le regard décalé d’Alban, le génie collectif des 612 et l’énergie du DM #612R…..

Mais laissons donc la parole à Henri, qui a mis , mets et mettra toujours l’humain au centre…

 

Ce plat pays qui est mien. » Les paroles du grand Jacques, je les associe forcément à la Belgique, et surtout à mon pays natal, les Pays-Bas. Je me souviens des histoires que l’on nous racontait au coin du poêle à charbon, collés contre ces bestioles laquées en noir, qui nous tenaient chaud dans le salon.

Dans les chambres à coucher les températures négatives dehors reproduisaient des tableaux fleuris, qui pourraient avoir un lien avec les graffitis d’aujourd’hui, un monde en noir et blanc en quelque sorte, le charbon et la glace, la chaleur et le froid. Issu de ce décor binaire, élevé aux vents du nord et de l’ouest, né sur un vélo comme mes semblables, un accouchement sur un canapé, avec vu sur un canal peuplé de péniches majestueuses et lentes, j’ai eu rapidement une farouche pulsion me propulsant hors des frontières. Dans ce pays aux parties creuses (la Hollande) un certain Vincent a pris le large pour atteindre la lumière du ciel du sud, lui permettant de laisser éclater son génie.

Le musée qui porte son nom est un must parmi d’autres, le jour que vous accostez à Amsterdam. Et n’oubliez pas, la capitale est un monde à part, ce n’est ni la Hollande ni les Pays-Bas, c’est un joyau assez excentrique dans le pays. Bref, j’ai pris le large.

Assez bavardé sur les terres de ma naissance, on quitte ces douces sphères qui se reflètent dans le rétroviseur et tel un projecteur 35mm on accélère le film. Après quelques voyages à l’est je dois me rendre à l’évidence, en échangeant avec les Bolcheviks et autres habitants de l’Union Soviétique et la RDA. Là-bas beaucoup de grisaille et de brouillard dans les têtes, du haut de mes dix-huit ans ce n’est que la Pologne qui trouve grâce à mes yeux, il y a de la couleur dans le tableau là-bas et les filles sont souriantes, belles. Quand quelques années plus tard je tâche de ramener un vieil ami juif pour qu’il puisse voir une dernière fois Rotterdam avant de mourir, nous refoule à la frontière, et je rends les armes. La solution ne viendra pas du Kremlin.

Car des solutions j’en cherche. Comment vivre, avec qui, à combien, selon quel modèle. C’est en France que je me frotte respectivement au couple, et à une vie communautaire. Riche en qualité humaine cette dernière, rude aussi, l’apprentissage du collectif. La vie de couple, cette première expérience, a laissé des marques et via plusieurs étapes, dont cette vie en groupe, je débouche sur une quiétude, j’arrive à bon port, je suis en paix avec moi-même. Quatre fils au compteur tout de même !

Professionnellement je suis également une sauterelle. Pas de liste exhaustive. Evoquons quelques métiers, fonctions. Le commercial, l’ouvrier, l’associé dans plusieurs SSII, le responsable d’un cinéma art et essai, le directeur d’un business unit et aujourd’hui l’attaché de direction, celui qui endosse la partie ‘international affairs’ avec bonheur. Puis en amont un cycle dans une modeste école de commerce dans le nord. Et un fil rouge, une passion pour la musique avec un grand ‘M’, et la photo.

Et une aversion des ‘héros’ d’aujourd’hui, ces mannequins, footballeurs pro et autres créatures issues des reality shows. Qu’ils font pâle figure quand je pense aux philosophes, écrivains et autres psychanalystes qui façonnaient l’inconscient collectif.

Connecter, découvrir, rechercher, innover. Pendant mes années en BU j’ai expérimenté l’entreprise de confiance, libérée, réinventer le management pour que chacun trouve son chemin, et que l’organisation se renforce. Je pourrais en parler longuement, très longuement même. Tiens, les réseaux sociaux, ils ont commencé à jouer un rôle crucial dans cet univers. Ils m’ont démontré qu’en matière de management il y a énormément d’initiatives, et des liens se sont tissés spontanément, et on se rencontre, et on échange, et on avance et on fait avancer. Il faut de la reconnaissance, du soutien, un ‘merci’ et une dose de confiance de la part des managers, sans filet de sécurité, c’est le lâcher prise total qui prime. Ne pas faire semblant. Être vrai en quelque sorte. Et ne pas paraître.

Voilà. Et quand Alban Jarry croise mon chemin et l’inverse, alors avec délectation je me lance dans l’exercice qui consiste à écrire une contribution pour son livre blanc. Avec à la clé un monde parallèle qui se crée et s’ouvre à moi avec bienveillance.

Vous savez, ce collectif #612Rencontres. Ces femmes et ces hommes qui constituent des pièces d’un puzzle de compétences. Et les pièces s’échangent, sautent dans l’espace. Confiance, bienveillance, comme une prolongation de la vraie vie. Aujourd’hui je me sens tel le saumon dans ce torrent de fraîcheur, dans ce monde coloré. Des énergies autour de sujets qui font une halte soudaine dans mon périmètre. L’intelligence artificielle, avec deux experts qui m’éclairent. La robotique, expliquée par un champion. Les start-ups. Et ça continue, il faut savoir suivre cette générosité dans le débit. Les raccourcis, les accélérations, ce sont des rythmes que l’on manie au cinéma. Arrêter le temps, le rendre élastique, j’aime.

Vous entendrez parler des #612 pendant combien de temps ? Je l’ignore. Avec le bouillonnement constant il se peut que nous remontions à la surface collectivement, comme on le fait ici individuellement, dans cette galerie de portraits. A suivre #612Rencontres

L’homme est dans la technologie. Et l’inverse. Avançons avec l’humain au centre, toujours et encore. J’aime imaginer #612 comme une nuée, on se relaye sans cesse.

Permettez que je cite le regretté Frank Zappa pour terminer ?
“Without deviation from the norm, progress is not possible.”

Merci  à Henri de nous avoir fait comprendre de la force de la nuée et l’incessante quête de celle-ci pour construire un futur bienveillant…

Pour ça et le reste, merci Henri…

LES PORTRAITS DES 612®  / #612Rencontres

Pour revoir les portraits:

De GUILLAUME ROVERE  https://moyrand.com/612-guillaume-rovere/

De SANDY BEKY                   https://moyrand.com/612-sandy-becky/

De NELLY BROSSARD    https://moyrand.com/nelly-brossard/

D’EVA BAQUEY                     https://moyrand.com/eva/

DE MICKAEL GUERIN           https://moyrand.com/mickael-guerin-612/

De Martine LE JOSSEC      https://moyrand.com/martine-le-jossec/

De Stéphane SAVALLE    https://moyrand.com/stephane-savalle/

De Stéphane GIRARDOT https://moyrand.com/stephane-girardot/

DE Madina BENOUNHAMI    https://moyrand.com/madina-benoumhami/

DE Nadia   Bahhar Alvès             https://moyrand.com/nadia-bahhar-alves/ 

De Nathalie COUTARD     https://moyrand.com/nathalie-coutard/

D’Olivier MOCH                        https://moyrand.com/olivier-moch/

De Valentine FERREOL   https://moyrand.com/valentine-ferreol/

 

VALENTINE FERREOL, ou la serendipité numérique

les 612R sont un parcours formidable initié par Alban Jarry dans son livre blanc sur les réseaux sociaux, sorte de réunion informelle de talents et de bienveillance qui ont témoigné sans se connaître des nouveaux usages sur la toile: la pièce secrte de twitter  qui est devenue un collectif les #612R, puis des IRL ou nous avons développé un nouveau concept: la bienveillance numérique….


 

Utiliser la Renommée d’ un personnage aussi éminent que   le célèbre Horace WALPOLE,   pour introduire  ce nouveau chapitre des 612 est un clin d’œil à Valentine: la serendipité,  car selon son intime conviction, cette  chance il faut savoir la provoquer…. Impose ta chance, serre ton bonheur, et vas vers ton risque…

l’heureux hasard…résume bien notre rencontre sur le DM612R, ou consciemment ou non, nous sommes en train d’écrire l’histoire….

Et cette transformation numérique,  Valentine  la connaît bien, elle qui est la synthèse de cette innovation conquérante, permanente et féminine… 

Continuons donc ensemble de solidifier cette pièce  secrète de twitter, avec le regard décalé d’Alban, le génie collectif des 612 et l’énergie du DM #612R…..

Mais laissons donc la parole à Valentine,  convaincue de l’imminence de nouvelles transformation,  En pleine expansion

 

Spécialiste de la transformation informatique et numérique, je conduis depuis 20 ans de grands projets de transformation de la stratégie à la mise en œuvre en intégrant l’ensemble des composantes : contractuelle, chaine de valeur et business model, opérationnelle, technique et bien sûr humaine. Et à mon sens aucune de ces composantes ne peut être adressée de manière unitaire si l’on veut opérer une réelle transformation.
Je vis depuis 3 ans entre Paris et Milan (expérience d’expatriation de la famille depuis 2014 et aujourd’hui je commute chaque semaine.
Je suis engagée (ou ai été au fil des années) dans différentes associations ou organisations :
– présidente du G9+ (plus d’info dans le §3) pour organiser et partager une veille permanente sur la transformation numérique, ses enjeux, ses impacts et ses meilleures pratiques
– mentor PWN en 2015 / 2016
– membre de sciences paristech au féminin

Mon parcours professionnel a débuté par les Arts et Métiers et sa formation intense et innovante.

Après un parcours essentiellement au sein de grands groupes de l’IT –multimédia, télécoms et services informatiques

2012 – 2015 Digital Transformation Manager (indépendante)
2010 – 2012 Directeur des Opérations chez Groupe Hélice (société de services informatique)
2003 – 2010 Directeur de Projets Informatiques chez SFR
2000 – 2003 Directeur Qualité et Organisation chez Bouygues Télécom
1998 – 2000 Chef de Projets Customer Care chez Télévision Par Satellite
1996 – 1998 Sourcing and procurement project leader chez Schlumberger

– je rejoins en juillet 2015 l’activité « Conseil & Transformation IT » de Gfi informatique.

il est important de faire un focus sur un investissement personnel qui m’est cher:
2012 – 2016 Présidente de l’Institut G9+

Focus sur l’Institut G9+ : c’est un think-tank du numérique fondé en 1995 et qui fédère aujourd’hui 24 réseaux d’anciens de grandes écoles, en interface avec tous les acteurs de l’écosystème.


Nous organisons 25 conférences par an sur toutes les thématiques et facettes de la transformation numérique. Avec différentes publications, dont notamment : big data, objets connectés, vision prospective des industries du numérique, 100 idées pour une France Numérique, usine 4.0. J’ai aussi fait un TEDx sur la santé 4.0

 

Mes idées pour le futur, mes intuitions ou plutôt mes convictions sont simples.

La clé est dans la capacité à savoir mettre en œuvre la vision que l’on peut avoir.
– La transformation numérique est en route. Ecrivons l’histoire, faisons-la… C’est non seulement mon métier et aussi une passion
– La diversité au service de la compétitivité des entreprises… la présence de femmes à des niveaux de direction est quand même un vrai sujet économique et de société.
– La gouvernance d’entreprise et résilience des organisations s’appuyant sur une posture d’innovation permanente (pas uniquement innovation technologique ou business). Nous sommes des explorateurs de ce monde réel / virtuel qui est en pleine mutation !
Mon métier est de transformer.

Je saisie le prétexte des technologies de l’IT et du digital pour me saisir d’un sujet et opérer une transformation. Je transforme les organisations, les produits / services, la chaîne de valeur.
Pour ce qui est de la méthode, contrairement à l’approche habituelle des spécialistes de ces métiers, je préfère ne pas dérouler une « méthode type » pour aborder le problème à résoudre et la transformation à opérer.
Je préfère m’adapter au sujet et à son environnement, ses acteurs et en même temps que je m’en imprègne je me fais mon idée, je construis ma vision et les grandes orientations de la trajectoire pour l’atteindre. Pour la suite je fais confiance à mon intuition, à la créativité et à l’énergie des équipes que je vais mobiliser.
Et je me dis que j’ai bien fait mon travail lorsque l’activité telle que je l’ai transformée peut se poursuivre sans moi et je vais explorer de nouvelles transformations à opérer.

Ma vision du  #612cercle
#EnergiePositive #Bienveillance #Plaisir #Partage #Action #Rencontre #Digital #IRL #Sérendipité

Merci  à Valentine  de nous avoir fait ressentir l’imminence des grands bouleversements, et du nécessaire contact direct avec ses acteurs….

Pour ça et le reste, merci Valentine…

LES PORTRAITS DES 612®  / #612Rencontres

 

Pour revoir les portraits:

De GUILLAUME ROVERE  https://moyrand.com/612-guillaume-rovere/

De SANDY BEKY                   https://moyrand.com/612-sandy-becky/

De NELLY BROSSARD    https://moyrand.com/nelly-brossard/

D’EVA BAQUEY                     https://moyrand.com/eva/

DE MICKAEL GUERIN           https://moyrand.com/mickael-guerin-612/

De Martine LE JOSSEC      https://moyrand.com/martine-le-jossec/

De Stéphane SAVALLE    https://moyrand.com/stephane-savalle/

De Stéphane GIRARDOT https://moyrand.com/stephane-girardot/

DE Madina BENOUNHAMI    https://moyrand.com/madina-benoumhami/

DE Nadia   Bahhar Alvès             https://moyrand.com/nadia-bahhar-alves/ 

De Nathalie COUTARD     https://moyrand.com/nathalie-coutard/

D’Olivier MOCH                        https://moyrand.com/olivier-moch/

 

OLIVIER MOCH, ou le Sherlock HOLMES de l’humain

les 612R sont un parcours formidable initié par Alban Jarry dans son livre blanc sur les réseaux sociaux, sorte de réunion informelle de talents et de bienveillance qui ont témoigné sans se connaître des nouveaux usages sur la toile: la pièce secrète de twitter  qui est devenue un collectif les #612R, puis des IRL ou nous avons développé un nouveau concept: la bienveillance numérique….


Pour rentrer dans le vif du sujet de notre galerie  de 612, il faut parler  communication, leitmotiv de ce que sera le monde de demain.

Quoi de mieux que de donner la parole à Olivier,  Belge de Liège, à la croisé des chemins de la passion et du détail….

 

Et ce détail en passionné des enquêtes de l’homme de Baker Street, Olivier le connaît bien, lui qui traque sans relâche la fiabilité des informations jour après jour…..

Continuons donc ensemble de solidifier cette pièce  secrète de twitter, avec le regard décalé d’Alban, le génie collectif des 612 et l’énergie du DM #612R…..

Mais laissons donc la parole à Olivier, cheville pensante de l’échange humain au sein des entreprises d’aujourd’hui et de demain …

Lorsque l’opportunité de collaborer au Livre Blanc d’Alban Jarry s’est présentée, je l’ai saisie immédiatement car le titre du projet m’a parlé d’emblée. 612 rencontres… Finalement, n’est-ce pas l’essence de nos métiers de communicants que de rencontrer, de partager ? Tout processus de communication repose nécessairement sur une relation interpersonnelle.

Belge, Liégeois mais amoureux de Londres, cela fait 24 ans que j’évolue dans l’univers de la communication et des médias, comme journaliste d’abord, comme chargé de communication dans le secteur hospitalier ensuite et, désormais, comme consultant indépendant.

Cela fait, en effet, deux ans que j’ai créé ma structure et que j’accompagne les TPE, les PME, les indépendants, les associations dans leur communication. Mais, à l’image de nombreux communicants, je coiffe plusieurs casquettes.

Ainsi, j’interviens dans plusieurs Hautes Ecoles liégeoises et namuroises où je dispense des cours de community management, de communication de crise ou de mediatraining. Après avoir été, pendant trois ans Secrétaire de l’Union Professionnelle des Métiers de la Communication (UPMC), j’en suis devenu Vice-Président, en février dernier.

L’écriture est aussi une des cordes de mon arc professionnel, j’ai écrit deux ouvrages dédiés à la communication.

Le premier, « Vade-mecum de la communication externe des organisations » (2013, Edi.pro), propose quelques clés pour construire un plan de communication efficace et des méthodes pour optimaliser le rendement d’outils indispensables à l’entreprise pour communiquer avec ses publics externes tels que les relations avec les médias, les relations publiques, l’événementiel, la communication de crise ou encore les réseaux sociaux.

 

Le deuxième, « Managers, communiquez mieux avec vos collaborateurs » (2015, Edi.Pro), fait la part belle à des outils de communication nécessaires au management mais aussi à l’importance d’une bonne communication vers les collaborateurs, notamment vers les collaborateurs natifs numériques qui seront majoritaires dans l’entreprise de 2020. Le point commun entre ces deux ouvrages : l’importance des outils sociaux dans la communication de l’entreprise !

 

Dans mon approche quotidienne de la communication, je prône l’importance de l’humain, notamment dans la gouvernance. Trop d’entreprises belges sont restée coincées à l’ère d’un management directif totalement dépassé au 21e siècle. Les collaborateurs réclament davantage de sens aux tâches qui leur sont confiées mais aussi davantage de responsabilités ainsi que de la reconnaissance.

 

Je suis, en effet, convaincu que la reconnaissance est une forme de salaire qui n’a pas de prix. Elle concourt à la motivation et à l’implication des collaborateurs. Les process ont fortement évolué ces dernières années, les collaborateurs aussi (les natifs numériques ne ressemblent pas aux baby-boomers)… Si le travail a évolué, si les collaborateurs ont évolué, alors le management doit évoluer aussi !

Passionné par mon travail, je peux y passer des heures ! J’aime de plus en plus transmettre, que ce soit par les cours que je dispense ou à travers l’écriture de livres. L’idée d’un troisième ouvrage commence d’ailleurs à germer… Plutôt cartésien, je ne supporte pas l’improvisation. Au contraire, je traque le détail non pas jusqu’à la perfection mais pour m’en approcher au plus près que je le puisse. La fiabilité est d’ailleurs l’un de mes atouts majeurs. Mon exutoire je le trouve à Londres, où je m’évade trois fois par an pour plusieurs jours off-work ou encore dans la littérature anglaise. Rien ne me plait plus que de passer quelques heures en compagnie d’Arthur Conan-Doyle, Daphné du Maurier, Oscar Wilde, Mary Shelley, Charles Dickens, Aldous Huxley et, of course, Agatha Christie.

En guise de conclusion à ces quelques lignes, je dirai que #612rencontres a été un catalyseur de développement de mon réseau vers la France. En effet, j’ai eu l’occasion, depuis 2013, de donner quelques conférences, notamment sur la gestion des collaborateurs natifs numériques ou sur l’importance d’une présence active sur LinkedIn. L’idée de me positionner davantage en France me taraude et la participation au projet #612rencontres a eu pour conséquence – et ce n’était pas mon objectif originel lorsque j’ai pris ma plume… ou mon clavier – de développer mon Twitter, surtout, et mon LinkedIn, un peu moins, avec des contacts hexagonaux.

Merci à Olivier de nous avoir fait ressentir les embruns de cette immersion participative…… oui  nous sommes et resterons OUT OF THE BOX

Pour ça et le reste, merci Olivier…

LES PORTRAITS DES 612®  / #612Rencontres

 

Pour revoir les portraits:

De GUILLAUME ROVERE  https://moyrand.com/612-guillaume-rovere/

De SANDY BEKY                   https://moyrand.com/612-sandy-becky/

De NELLY BROSSARD    https://moyrand.com/nelly-brossard/

D’EVA BAQUEY                     https://moyrand.com/eva/

DE MICKAEL GUERIN           https://moyrand.com/mickael-guerin-612/

De Martine LE JOSSEC      https://moyrand.com/martine-le-jossec/

De Stéphane SAVALLE    https://moyrand.com/stephane-savalle/

De Stéphane GIRARDOT https://moyrand.com/stephane-girardot/

DE Madina BENOUNHAMI    https://moyrand.com/madina-benoumhami/

DE Nadia   Bahhar Alvès             https://moyrand.com/nadia-bahhar-alves/ 

De Nathalie COUTARD      https://moyrand.com/nathalie-coutard/

 

 

 

NATHALIE COUTARD, le partage out of the box

les 612R sont un parcours formidable initié par Alban Jarry dans son livre blanc sur les réseaux sociaux, sorte de réunion informelle de talents et de bienveillance qui ont témoigné sans se connaître des nouveaux usages sur la toile: la pièce secrète de twitter  qui est devenue un collectif les #612R, puis des IRL où nous avons développé un nouveau concept: la bienveillance numérique….

 


 

A trop vouloir faire rentrer les gens dans des cases, on passe a coté des gens fantastiques……le diamant des 612 n’est décidemment et on s’en rend bien compte pas comme les autres…

A brosser un nouveau chapitre, c’est le mot faire sa part qui me vient tout de suite à l’esprit… la pierre de chacun fera la citadelle du nouveau continent…

Et cette pierre granitique, Nath la connaît bien, elle qui est la synthèse de cette Bretagne conquérante, innovante et féminine… 

Pour écrire un demain qui rimera avec engagement et bienveillance, où nos fils et filles seront eux-mêmes des Chercheurs d’infini, il n’en fallait pas moins que Nathalie, qui aux gré des vents armoricains, imprime sur le sable un maitre mot: l’humain au centre…….

Continuons donc ensemble de solidifier cette pièce  secrète de twitter, avec le regard décalé d’Alban, le génie collectif des 612 et l’énergie du DM #612R…..

Mais laissons donc la parole à Nath, âme des plus omnisciente de notre collectif….en pleine immersion

Riche de nombreuses influences, j’ai eu la chance de bénéficier du parfum de la Provence et des embruns bretons, d’apprendre le côté ludique des mathématiques en même temps que le plaisir de créer, de me former à la rigueur actuarielle en même temps qu’au foisonnement des réseaux sociaux.
Dans une société où l’on s’étiquette souvent les un les autres pour se rassurer, difficile de trouver sa place quand on ne rentre pas dans la boîte assignée ;).

C’est alors qu’arrivent les rencontres, merveilleuses. Je rentre dans des réseaux réels, puis virtuels, et là, le #outofthebox trouve sa place. La bienveillance et l’échange sont au centre, et petit à petit, je partage ce que je sais, j’apprends aussi beaucoup.

Aujourd’hui, en parallèle d’une activité chiffrée assez classique en lien avec ma formation, je vais où le vent me mène et où je me sens utile : aider des jeunes entrepreneuses, impulser partages de compétences et convivialité dans le réseau de femmes de ma société, apprendre et échanger en continu via les réseaux sociaux, j’ai l’impression de mener plusieurs vies en une.


J’aime par dessus tout ce sentiment de faire ma part, de participer au sein de différentes communautés à l’écriture d’un demain qui verra mes filles grandir.

C’est dans ce contexte que j’ai eu la chance de participer à l’aventure des #612Rencontres et à la création de cette communauté virtuelle riche de tant de talents.

Chaque immersion dans le DM est pleine de surprises et juste passionnante. Rencontrés IRL, les #612 sont fidèles à ce qu’ils projettent dans le virtuel : talentueux et bienveillants.

Merci à NATH de nous avoir fait ressentir les embruns de cette immersion participative…… oui  nous sommes et resterons OUT OF THE BOX

Pour ça et le reste, merci NATH…

LES PORTRAITS DES 612®  / #612Rencontres

Pour revoir les portraits:

De GUILLAUME ROVERE  https://moyrand.com/612-guillaume-rovere/

De SANDY BEKY                   https://moyrand.com/612-sandy-becky/

De NELLY BROSSARD    https://moyrand.com/nelly-brossard/

D’EVA BAQUEY                     https://moyrand.com/eva/

DE MICKAEL GUERIN           https://moyrand.com/mickael-guerin-612/

De Martine LE JOSSEC      https://moyrand.com/martine-le-jossec/

De Stéphane SAVALLE    https://moyrand.com/stephane-savalle/

De Stéphane GIRARDOT https://moyrand.com/stephane-girardot/

DE Madina BENOUNHAMI    https://moyrand.com/madina-benoumhami/

DE Nadia   Bahhar Alvès             https://moyrand.com/nadia-bahhar-alves/ 

 

 

NADIA BAHHAR-ALVES, ou la vision atypique d’une 360°

les 612R sont un parcours formidable initié par Alban Jarry dans son livre blanc sur les réseaux sociaux, sorte de réunion informelle de talents et de bienveillance qui ont témoigné sans se connaître des nouveaux usages sur la toile: la pièce secrète de twitter  qui est devenue un collectif les #612R, puis des IRL ou nous avons développé un nouveau concept: la bienveillance numérique….


 

Entamer le chapitre de l’Atypisme avec un grand A, qui nous caractérise tous, et nous réunit sur ce fil  24/24  qui devient notre deuxième maison… c’est penser à NOUS les 612 qui sommes tous des êtres quelque peu singuliers, Numeriks, digitaux, en avance sur leur temps….

Cela revient pour moi à revenir à mes premiers amours, les biens singuliers, atypiques….d’un tableau de van Gogh à un diamant rose, en passant par un champagne du règne de louis XV, sans oublier une de Dion bouton 1903…j’ai toujours été attiré par ce qui est de l’ordre de l’exception….

L’Atypie est comme une bulle de champagne, elle pétille et fonce vers son but: faire bouger les autres….. le fil lui commence à tous nous faire avancer

Pour transformer nos idées de départ des 612 vers ce que nous en ferons demain, il n’en fallait pas moins que NADIA, notre Nad, celle qui ne s’arrête jamais, jonglant entres ses prouesses culinaires, ses enfants, ses veilles stratégiques, ses salons , ses clients qui ne la lâchent pas d’une semelle…

Mais laissons lui la parole ,elle  qui s’est faite toute seule, mais qui avance entourée de 612, vers les autres avec une vision 360…..

A toi NADIA….

Passionnée de communication et des relations que l’on peut entretenir avec les autres, avec la presse, j’ai toujours eu envie de m’investir soit pour des causes qui m’importaient sur le plan personnel soit pour des entreprises/ des clients dont les missions quotidiennes allaient au-delà de l’exécution de simples tâches chronophages et vides de sens.

L’humain et la relation que l’on peut créer dans les métiers de la communication et des relations presse représentent pour moi des ponts à construire quotidiennement et sans relâche pour en extraire le meilleur et surtout de la valeur.

Engagée depuis 3 ans dans une association à vocation citoyenne et humaniste qui organise des événements culturels et propose d’ouvrir le débat avec les citoyens sur des sujets et des thèmes sociétaux d’actualités divers tels que le droit de mourir, la laïcité ou encore l’esclavage moderne.

1ère génération d’enfants d’immigrés, je dois ce que je suis aujourd’hui, ma personnalité, mon caractère et surtout mon envie de me dépasser sans cesse à mes parents ouvriers (diplômés mais non reconnus en France) qui ont su nous donner, à mes frères et sœur, une éducation basée sur le respect de l’autre peut importe sa condition sociale, la recherche de l’effort et de la construction d’une « vie meilleure » au travers d’une carrière professionnelle épanouissante et enrichissante.

Ainsi j’ai débuté ma carrière à 18 ans, me faisant l’idée (assez utopique) que je gravirais l’échelle sociale professionnelle par l’expérience et les années d’apprentissage sur le terrain.

Avec un profil atypique – voire parfois ovnis (Clin d’œil aux 612), j’ai ainsi pu toucher à (presque tout) : du marketing d’un loueur de véhicules utilitaires à la veille publicitaire généraliste en passant par une DSI d’un grand laboratoire pharmaceutique ou encore dans les Business Units Onco-VIH jusqu’à arriver dans le Monde de la Com/RP dans cette même industrie.

Expériences en santé, veille, marketing que j’ai pu par la suite mettre à profit au service de la santé publique durant quelques années. La santé m’a appris la rigueur, le sens des chiffres et des études, le référencement des sources mais surtout une envie de me dépasser encore plus et un sentiment d’avoir définitivement trouvé ma voie. Gestion de crise, lancement de campagnes de santé publique, problématiques de santé populationnelles, Baromètres, … j’avais trouvé un sens personnel mais aussi professionnel !

 

Choix personnel et à la poursuite perpétuelle de l’apprentissage et de l’enrichissement des diverses rencontres et process de travail, j’ai ensuite décidé de me lancer dans une carrière en agence alors que la logique du parcours professionnel attend plutôt un chemin inverse (agence vers l’annonceur et non annonceur vers l’agence). J’avais besoin d’avoir cette vision 360º des diverses problématiques qu’offrent les postes en agences. De pouvoir me challenger en changeant d’univers rapidement tout en œuvrant à une communication de qualité, vérifiable et surtout innovante aussi bien en agence spécialisée en santé qu’en agence d’influence généraliste.

Après quelques années passées en agence spécialisée dans la communication d’influence pour l’Enseignement Supérieur, je décide de me réorienter vers de nouvelles problématiques telles que celles de la Grande Distribution sur les volets RH/Social, RSE ou encore sur celles des relations institutionnelles et d’accompagnement médias en local pour un grand groupe de chaîne de restauration.

Dernière passion en date depuis maintenant 5 ans : le Digital. Tout simplement parce que dans un monde en perpétuelle évolution, les métiers, nos métiers tendent également à changer de mode opératoire et de façon de communiquer. Les cibles se sont démultipliées et il est devenu indispensable de s’inscrire dans la transformation numérique de la communication et des relations presse pour être en mesure de savoir et de maîtriser le virage Digital.

Autodidacte, femme, je suis fière de MA diversité, de ma double culture et je suis toujours à la recherche de plus de savoirs, de rencontres et d’enrichissements personnels et professionnels.
Sur ce dernier point, je tenais à remercier Alban Jarry, fabuleuse rencontre d’abord digitale puis dans la vraie vie qui, grâce à son livre blanc sur les réseaux sociaux, m’a ouvert la porte des 612Rencontres où bienveillance, conseils, mentoring et entraide sont au rendez-vous quotidiennement.

Merci à NADIA de nous avoir fait partager sa vision 360… de nous avoir montré que la soif de savoir et d’apprendre est une force… allié à cet  atypisme qui nous lient tous, 612 que nous sommes….

Pour ça et le reste, merci NADIA…

LES PORTRAITS DES 612®  / #612Rencontres

Pour revoir les portraits:

De GUILLAUME ROVERE  https://moyrand.com/612-guillaume-rovere/

De SANDY BEKY                   https://moyrand.com/612-sandy-becky/

De NELLY BROSSARD    https://moyrand.com/nelly-brossard/

D’EVA BAQUEY                     https://moyrand.com/eva/

DE MICKAEL GUERIN           https://moyrand.com/mickael-guerin-612/

De Martine LE JOSSEC      https://moyrand.com/martine-le-jossec/

De Stéphane SAVALLE    https://moyrand.com/stephane-savalle/

De Stéphane GIRARDOT https://moyrand.com/stephane-girardot/

DE Madina BENOUNHAMI    https://moyrand.com/madina-benoumhami/

 

 

LIVRE BLANC ART ET AFFINITAIRE LES QUESTIONS

 

 

Bonjour à tous

Nous avons décidés nous les passionnés de l’objet d’art… de collections…. de luxe… les atypiques qui passons notre temps à arpenter les sentiers du monde d’hier et d’aujourd’hui…pour trouver l’objet rare ou fantastique qu’il s’agisse d’un bouteille de vins…d’un diamant….d’un sac Kelly…. d’une montre Patek….d’une résine contemporaine….D’une commode en placage d’amarante…..d’une Aston martin DB7….d’une compression de césar … mais sans oublier le parquet en onyx….des meubles design….les lustres de Murano….les statuettes aztèques….les originaux d’Hergé…..une collection de parfums ou de casques de F1 ou de chaussures du PSG…. de réaliser une étude grâce à la FG2A, fédération d’assureurs et de passionnés, une étude qui repose sur vous…

Vos réponses nous aideront a comprendre ce que sera demain le marché de l’art et de la collection

Alors aidez nous,

répondez à ce questionnaire qui sera la base de notre

Livre Blanc Art & Affinitaire

CLIQUEZ ICI