Cyril Bladier, ou le combleur de fossés

les 612R sont un parcours formidable initié par Alban Jarry dans son livre blanc sur les réseaux sociaux, sorte de réunion informelle de talents et de bienveillance qui ont témoigné sans se connaître des nouveaux usages sur la toile: la pièce secrète de twitter  qui est devenue un collectif les #612R, puis des IRL ou nous avons développé un nouveau concept: la bienveillance numérique…...


 

 

Pour aborder la notion de choix personnel radical dans  notre galerie  de 612, il faut parler  option et nouveau départ…

Quoi de mieux que de donner la parole à Cyril,  combleur de fossés….entre les hommes … entre les consommateurs et les marques…par ses milliers d’articles et ses livres passionnants..

Et cette  passion de  transmettre , Olivier la connaît bien, lui qui essaye de faire communiquer les hommes et les femmes sur les bienfaits du Digital

Continuons donc ensemble de solidifier cette pièce  secrète de twitter, avec le regard décalé d’Alban, le génie collectif des 612 et l’énergie du DM #612R…..

Mais laissons donc la parole à Cyril, témoin et acteur de la plus longue discussion privée de l’histoire de Twitter…

Après une formation commerciale, j’ai eu une carrière d’une quinzaine d’années en entreprise, dans des fonctions commerciales et marketing (de commercial à Directeur de Business Unit) essentiellement dans des univers industriels BtoB, soit en vente directe, soit en vente via réseau de distribution.

En 2006/2007, j’intègre le programme « hauts potentiels » du groupe qui vient de m’embaucher. Dans ce cadre, on me propose de postuler à un Executive MBA européen de mon choix et je choisis celui d’HEC. Je suis ce programme en part time. Je suis élu délégué de ma promotion et je termine au rang de major de promotion.
En 2009, après un licenciement économique, je décide (et c’est un vrai choix et non une option par défaut) de créer ma structure. Compte tenu du contexte économique incertain, j’opte pour une organisation légère, en réseau et sans aucun salarié permanent.

Cela me permet de créer rapidement une équipe internationale d’une trentaine de compétences (graphisme, SEO, Ads, social media, développeurs Magento / wordpress / Symfony).

Nous avons une approche « marketing » et non « communication » du web marketing : nous ne cherchons pas à pousser les contenus de nos clients par tous les moyens possibles, mais à partir de la demande, des besoins des clients et des difficultés qu’ils rencontrent.

J’ai publié plus de 1 000 articles (mon blog, LinkedIn, Presse Citron, Journal du Net, Huffington Post, newsletter ESCP Europe Alumni…) et 6 livres vendus au total à plus de 15 000 exemplaires.

J’interviens jusqu’à 150 fois par  an en ateliers, conférences, formations (en entreprises ou administrations, écoles, associations alumni, chambres de commerce, groupements professionnels).

Je pense important de s’engager dans des actions bienveillantes…
Je suis très impliqué (bénévole) dans les associations d’alumni des établissements dont je suis diplômé.

J’interviens également bénévolement dans différentes associations d’accompagnement à des cadres et dirigeants en recherche d’emploi. J’ai toujours eu une activité associative très présente.

Mon Parcours pro et perso est résumé comme ceci:
1989-1993 : Ecole de commerce entre Reims & Madrid
1993-1997 : chef de secteur GMS pour la marque Canderel
1997-1999 : responsable comptes clés chez Danone
1999-2001 : Directeur de clientèle / Chef national des ventes en externalisation de forces de vente (téléphonie, services financiers, cosmétiques, télévision satellite, agro alimentaire…).
2001-2005 : Directeur Régional chez un grossiste BtoB.
2005-2009 : Directeur Grands Comptes puis Directeur de BU (prescription, vente, administration de ventes, après vente, service technique, marketing, communication) dans un groupe industriel nord européen.
2009-… : création et développement de mon agence « Business On Line ».

A titre perso, j’ai des jumeaux (garçon et fille) de 5 mois.
Ma vision de la transformation digitale peut être résumée en ces mots:
Avec le digital, un fossé s’est créé entre annonceurs et consommateurs. Les entreprises sont restées bloquées par peur, par résistance au changement, par incompréhension… Il est étonnant de voir que dès qu’on ajoute « digital » à marketing, communication, RH ou autre, bon nombre de dirigeants bloquent immédiatement. Résultat : les consommateurs ont pris une avance, ne serait-ce que technologique, sur les entreprises.
Des entreprises ont investi des millions de dollars pour « pousser » leurs contenus, essayer de se rendre visibles… Les marques ont essayé d’introduire leurs marques au sein de l’univers numérique. On pensait, grâce à ces outils, contourner les médias traditionnels pour être en prise directe et construire des relations avec ses clients. Le résultat est sans appel (HBR France Septembre 2016) : ‘ces efforts n’ont pas porté leurs fruits ».

 


On reste aujourd’hui dans un manque de culture, un manque de compréhension. Des stratégies dites « social selling » se résument, dans les faits, en wording sur les profils LinkedIn.

On continue de considérer ces outils comme autant de canaux de communication destinés à pousser un contenu en espérant soit que Google le détecte soit qu’un internaute intéressé pourrait arriver dessus au hasard de sa navigation.

C’est le Hope Marketing : je pousse mon contenu et j’espère que cela amènera des demandes, des propects, des commandes, des clients…
Pour se faire aider, c’est compliqué. Pas de charte, pas de réglementation.

Tout le monde peut s’auto proclamer expert digital de n’importe quoi. Et des décideurs n’ont pas les clés pour décoder les offres. On fait souvent appel à des charlatans, surtout doués pour faire parler d’eux mêmes en spammant tous leurs contacts. Ou on considère comme super expert celui qui a 500 amis sur Facebook.
Pour reprendre le très bon article de Jean-Francois Messier , ce qui change, c’est l’interconnexion, l’accès facile à l’information, l’illusion de la connaissance, l’accroissement de la vitesse. « Le digital n’est ni une stratégie ni un objectif, ni un enjeu : c’est un outil (…). L’objectif n’est pas le numérique, c’est de s’adapter aux changements et à la modernisation des mentalités et des pratiques ».
Si je devais parler de mes compétences…aider mes clients à atteindre leurs objectifs et une  bienveillance implacable (cf intervention exceptionnelle d’Eric Jauffret à l’Executive MBA HEC ).

Mon avis sur le Concept #612cercle: Un phénomène complètement fou, probablementla plus longue discussion privée de l’histoire de Twitter et avec beaucoup de bienveillance.

Merci  à Cyril de nous avoir fait appréhender  que la bienveillance est dans notre ADN et nous permets de dépasser les cases étroites et limitées de notre humanité…..et nous permettent de suivre le consommateur que nous sommes dans sa recherche effrénée d’informations, et à faire le tri…bienveillant bien entendu!!!

Pour ça et le reste, merci  Cyril…

LES PORTRAITS DES 612®  / #612Rencontres

 

Pour revoir les portraits :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *